Label et distinction

AOP, signe incontestable de Qualité et d’Origine, ce signe, identifiable par son logo rouge et or, ne peut être accordé que par les pouvoirs publics et uniquement à des démarches collectives de producteurs, réunis dans une structure fédérative : l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) tel que le syndicat de la Fourme de Montbrison.
L’AOP signifie Appellation d’Origine Protégée. Il protège les produits agroalimentaires européens dont la production, la transformation et l’élaboration sont réalisées dans une zone géographique déterminée, selon un savoir-faire reconnu et un cahier des charges particulier.

Ces 3 lettres confèrent un titre de noblesse à tout produit qui les obtient Pour conserver ce
label de qualité, un fromage AOP doit satisfaire tous les jours à 3 critères essentiels :

  • Terroir
  • Tradition
  • Savoir-faire


La Fourme de Montbrison est une AOC depuis 1972, comme la Fourme d’Ambert. L’appellation les désignait alors « Fourme d’Ambert et de Montbrison ».

Le 22 février 2002, deux nouveaux décrets octroient une AOC à chaque fourme. La Fourme de Montbrison devient une AOC à part entière !

Depuis mai 2009, l’apposition du logo européen devient obligatoire. La fourme de Montbrison est désormais appelé AOP, Appellation d’Origine Protégée.

En Novembre 2018 la fourme obtient l’inscription au patrimoine culturel
immatériel national de l’Unesco. Ce label est une distinction décernée par le ministère de la Culture, qui récompense les biens ayant une valeur universelle exceptionnelle et les protège, « récompense le savoir-faire, les hommes et ce qu’on se transmet depuis des années » a souligné le maire de Sauvain, David Morel.

La fourme de Montbrison est fabriquée depuis le VIIIe siècle dans les Hautes-Chaumes à plus de 1 000 mètres d’altitude. Elle a reçu le label AOC (Appellation d’origine contrôlée) en 1972 puis AOP (Appellation d’origine protégée) en 2009.
Ce nouveau label laisse présager un avenir prometteur tant sur la plan économique, touristique que humain. L’ultime consecration pour  les producteurs fiers de leur héritage, serait maintenant un titre au patrimoine mondial de l’Unesco.